Studio Elwood
ART & SANTE / Non classé

ProtectCityCocks : du street art pour sensibiliser aux IST

0 commentaire

 

ProtectCityCocks-7

A Londres de nombreux murs sont tagués avec des dessins de pénis. Partant de ce constat, un artiste anonyme de 28 ans a lancé un projet de street art à la fois amusant et engagé intitulé ProtectCityCocks. Il s’est donné comme mission de recouvrir d’un préservatif tous les tags de pénis pour sensibiliser les gens à son usage et aux IST (Infections Sexuellement Transmissibles). Une excellente campagne de street marketing bénévole à suivre sur l’Instagram de ProtectCityCocks.

ProtectCityCocks-8

Dans une interview donnée à BuzzFeed, l’artiste s’explique : « ça m’énerve de voir ces dessins. Beaucoup d’entre eux sont regroupés aux abords des arrêts de bus scolaires où les enfants se rassemblent. On ne devrait pas voir ça à tous les coins de rue, d’autant que les pénis n’ont pas de protection. Je trouve que ça envoie un mauvais message aux jeunes générations ».

ProtectCityCocks-5

Pour commencer, l’artiste répertorie tous les lieux dans lesquels il voit des graffitis de pénis, il a constaté que la ville ne les effaçait pas. « Une nuit j’ai fait des recherches sur les taux d’infections sexuellement transmissibles. C’est à partir de là que j’ai eu l’idée de les recouvrir de préservatifs pour sensibiliser la population », précise-t-il.

Il a donc décidé, à l’aide d’un pochoir en forme de préservatif, de peindre par-dessus les dessins existants. Il utilise des couleurs vives (rose, vert, rouge) pour attirer l’attention des passants et ajoute également le slogan « Stay Protected » ainsi qu’un lien vers Shine NHS, un organisme proposant gratuitement des préservatifs et des tests de dépistage.

ProtectCityCocks-1

ProtectCityCocks-4

ProtectCityCocks-3

« Au lieu de vandaliser bêtement les murs de notre ville, on peut informer les gens des moyens essentiels pour se protéger et, par la même occasion, les faire rire », insiste-t-il. Même si son action est louable, elle n’en reste pas moins illégale, mais l’artiste rassure : « je prends beaucoup de précautions, pour l’instant je n’ai toujours pas été coincé par la police ».

Espérons que ce mouvement arrivera vite dans notre capitale dont les murs sont également envahis de pénis.

5.00 avg. rating (91% score) - 1 vote

Commentaire
Entrez vos coordonnées ci-dessous :