Studio Elwood
BREVES SANTE / La santé connectée

La Nasa à l’assaut du choléra

0 commentaire

Le rôle de la NASA ne se limite pas à explorer les astres ; l’agence spatiale américaine, de part sa maîtrise technologique, participe efficacement à la lutte contre le choléra, une infection intestinale aigüe propagée par les eaux et les aliments souillés. Au Yémen, un pays déchiré par la guerre civile et frappé par les épidémies…Lire la suite

BREVES SANTE / La santé connectée

Pas de retraite pour les robots !

0 commentaire

Dans un pays où 700 000 seniors vivent en maison de retraite dont 1/4 sont frappés par la maladie d’Alzheimer, les robots « sociaux » prennent une place de plus en plus significative s’agissant de l’accompagnement au vieillissement. Dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, (EHPAD)  qui accueillent de nombreuses personnes âgées, le robot constitue un outil thérapeutique…Lire la suite

BREVES SANTE / La santé connectée

Rien que pour vos yeux

0 commentaire

Les GAFA et Google, tout particulièrement,  ont compris que la maîtrise des datas ouvrait des perspectives sans limites dans le domaine de la santé. DeepMind, la start-up rachetée en 2014 par Google, illustre parfaitement cette tendance de fond. Face aux pathologies qui affectent la rétine à l’image de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’âge, la DMLA…Lire la suite

BREVES SANTE / La santé connectée

Une officine virtuelle à Nancy

0 commentaire

Les « serious games », les jeux sérieux, constituent un élément incontournable de la formation des personnels de santé. C’est justement l’ambition d’Offi’Sim, un dispositif conçu par la Faculté de Pharmacie de l’Université de Lorraine à Nancy, que de mettre en situation les futurs pharmaciens face aux réalités nouvelles de leur profession. « Nous devons préparer nos étudiants…Lire la suite

BREVES SANTE / La santé connectée

Les mystères de Cupertino

0 commentaire

Les Google Glass représentent un mauvais souvenir pour Google qui avait beaucoup misé sur cet objet connecté et a dû renoncer à leur commercialisation en janvier 2015. La raison de cet échec : manque d’enthousiasme des utilisateurs, bugs et problèmes techniques récurrents, pression des associations dénonçant les atteintes à la vie privée. Un tel flop aurait…Lire la suite