Studio Elwood
COMMUNICATION GLOBALE

Bad buzz pour les hamburgers Bicky

0 commentaire

Mercredi dernier, un gros buzz sur les réseaux sociaux fait rage : une publicité pour des hamburgers Bicky suscite en quelques heures une vague de protestations et de plaintes. Elle est retirée immédiatement.

Revenons sur ce fail : visiblement hermétique au phénomène #MeToo et aux informations sur le féminicide, l’entreprise néerlandaise Bicky poste mercredi dernier sur leur page Facebook un visuel (style BD pop art américain des années 1950) montrant un homme en costume-cravate qui donne un énorme coup de poing au visage d’une femme blonde. Celle-ci en tombe à la renverse et l’homme proclame tout simplement « Sérieux, un faux Bicky ? ». L’annonceur explique ensuite que seule une boîte verte permet de s’assurer qu’il s’agit d’un véritable Bicky : un steak cuit dans la friture et prisé par les belges.

 

KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Les réactions sont immédiates et sans appel. Nawal Ben Hamou et Christie Morreale, ministres de l’Egalité des chances, ont fustigé cette campagne « nauséabonde et totalement irresponsable ». « Environ une femme sur quatre subira des violences pendant sa vie, certaines d’entre elles en mourront. Utiliser la violence à l’égard des femmes dans la publicité est irresponsable » a tweeté Christie Morreale.

 

nawal

En Belgique, citoyens, médias et syndicats se sont indignés, sur les réseaux sociaux de nombreux internautes ont dénoncé cette publicité la trouvant extrêmement choquante, et certains l’ont même détournée.

Le responsable de la marque Bicky pour le Benelux, Tom Stevens, a réagi à la polémique : « Au moment de concevoir notre campagne, nous ne nous attendions pas à de telles réactions de protestation. Nous ne cherchions pas à susciter toutes ces réactions. Aujourd’hui, nous faisons notre mea culpa. Nous avons fait le mauvais choix. »

L’annonceur va désormais s’engager dans des actes positifs en aidant les institutions qui luttent contre les violences afin de redorer son image, pas sûr que cela suffise et l’entreprise néerlandaise devra tout de même s’expliquer et s’attendre à une sanction d’ici quelques semaines.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Commentaire
Entrez vos coordonnées ci-dessous :